juin 22, 2019 07:25

Édimbourg Ambrose Parry opère

Ambroise Paré, au 16e s., réussit à amputer sans trucider son patient. Ambroise Parry, de nos jours, opère avec autant de doigté dans l’Édimbourg boueux de l’hiver 1847. Sous le pseudo se cachent une médecin anesthésiste, Marisa Haetzman, et son époux Chris Brookmyre, auteur d’une trentaine de polars classiques. L’intrigue piste un faiseur d’anges dont les méthodes tendent à trucider les pauvres femmes enceintes qu’il attire. Sans avoir la maestria de l’autre grand polar historique médical de la saison, le «1793» de Niklas Natt Och Dag, ce premier roman séduit par son parfait dosage de romantisme, féminisme et éclairage scientifique. À travers le jeune Will, apprenti chez un éminent obstétricien, et Sarah, assistante réduite à une position subalterne de par son sexe, les auteurs brossent une fresque alimentée de détails savoureux. Tout à coup, les mystères des potions anesthésiques expérimentales passionnent. L’atmosphère à la «Downton Abbey» n’endort jamais, elle aussi pourvoyeuse d’anecdotes domestiques en série. Le comédien Benedict Cumberbatch en a d’ailleurs acquis les droits d’adaptation. cle

Ambrose Parry, Le coeur et la chair, Paris, Éd. du Seuil, 2019, 398 p.

#polar #roman

Powered by Journey Diary.