août 05, 2019 02:06

Chemin de l’Auverney 47 | 22°C

Sur les pas de la guerre du Sonderbund : Meierskappel et Gisikon (LU)

La Suisse est loin d’être un pays sans histoire. Au contraire même, elle est un pays aux histoires multiples, insérées souvent dans l’histoire européenne. Elle n’est pas non plus l’histoire d’un long fleuve tranquille où l’harmonie et la paix seraient continuellement présentes et mangnifiées par notre neutralité. 

De l’autre côté, la moto est un moyen de transport idéal pour découvrir la Suisse autant en terme de paysage que de lieux d’histoire à découvrir. 

Pour ce jour, l’alliance de l’histoire et de la moto donne lieu à un parcours organisé en lien avec la Guerre du Sonderbund et les batailles (finales) menées dans le canton de Lucerne.

A l’histoire et la moto s’ajoute la photographie pour documenter et servir de trace au balades effectuées. Wikipédia ou le Dictionnaire historique de la Suisse (DHS) appuient le propos.

Le déroulement de la Guerre du Sonderbund (DHS)

La guerre du Sonderbund (en allemand Sonderbundskrieg) est une guerre civile suisse à caractère sécessionniste qui s’est déroulée du 3 au 29 novembre 1847. Elle a joué un rôle clé dans l’émergence de la Suisse moderne.

Après sa déconvenue au Tessin, le Sonderbund mena une attaque contre le Freiamt argovien. L’entreprise échoua par manque de coordination. En revanche, la tactique de Dufour réussit. Son offensive contre Fribourg amena le canton à capituler le 14 novembre déjà. Les délégués de Zoug se rendirent le 21 novembre, sans qu’un seul détachement ennemi se fût montré sur leur territoire. Les troupes fédérales dirigèrent leur second assaut contre Lucerne; elles prévoyaient d’encercler la ville le plus rapidement possible, pour la faire capituler comme Fribourg. A l’aube du 23 novembre, le Conseil de guerre du Sonderbund et le gouvernement lucernois, l’ennemi approchant, se retirèrent dans le canton d’Uri. Le même jour, l’armée de la Diète remporta les batailles de Gisikon et de Meierskappel.

Batailles de Gisikon et de Maierskappel (23 novembre 1847)

Suite à l’entrée le 22 novembre 1847, des troupes confédérées  sur le territoire zougois puis dans la ville de Zoug, le 23 au matin, l’offensive principale est lancée en direction du canton de Lucerne. La bataille principale doit se dérouler entre la rive gauche de la Reuss et le lac de Zoug, les troupes lucernoise étant ainsi prises en étau entre cinq colonnes venant de cinq directions différentes.
La bataille de Gisikon sera la plus longue (deux heures) et la plus meurtrière (37 morts et une centaine de blessés des deux côtés) de la campagne. Elle se termine par une victoire confédérée après la retraite sur Ebikon ait été ordonnée.
La bataille de Gisikon est la dernière bataille rangée de l’histoire de l’armée suisse.
Sur les autres fronts, les affaires confédérées sont également bien engagées. Les troupes progressent sans encombres en direction de Lucerne alors que la troupe se heurte à Meierskappel aux troupes schwytzoises qui résistent courageusement avant de reculer.

Fin de la guerre du Sonderbund

Le soir même, les membres du conseil de guerre, les jésuites, les prêtres et un grand nombre de fonctionnaires de la ville de Lucerne embarquent sur un bateau à vapeur accompagnant Siegwart-Müller (le chef du Sonderbund) ainsi que la caisse cantonale et le trésor de la coalition, pour se réfugier à Flüelen dans le canton d’Uri. De là, ils traversent à pied le col de la Furka puis, du Valais, quittent la Suisse par le col du Simplon pour se réfugier dans le royaume de Sardaigne ou en Lombardie.
La courte guerre du Sonderbund (vingt-cinq jours) fit moins de victimes que la seconde expédition des Corps francs en 1845. Selon les recherches les plus récentes, il y eut 60 morts et 386 blessés dans les troupes de la Diète, 33 morts et 124 blessés dans l’autre camp, soit au total 93 morts et 510 blessés. 

Bibliographie :

    Crédit image : Vue de la bataille du 23 novembre 1847, pendant la guerre du Sonderbund. Gravure sur bois publiée comme supplément au numéro 14 de la Züricher Freitags-Zeitung, 17 avril 1848 (Bibliothèque nationale suisse).

    Powered by Journey Diary.